323005_GJLZSM2JQLV38N8NT8MEB5HHGRCWHT_900-dove3-b_H214554_L

 

 

Encore quelques heures et 2013 sera de l’histoire.

Comme il est de coutume, c’est la période des vœux, un rite nullement vide de sens. C’est, en effet, le moment pour mobiliser les énergies autour de quelques résolutions, de quelques prières.

Pour ma part, ce billet, est-il un vœu  ou une exhortation, je ne saurait trop le dire,  mais il est consacré à l’Afrique.

Malgré la situation critique dans laquelle se trouve le continent,

Malgré la faim qui représente notre dénominateur commun.

malgré la maladie qui constitue notre plus petit commun multiple.

malgré la guerre qui devient  notre plus grand commun diviseur.

Malgré l’injustice flagrante des uns et la violence grossière des autres,

malgré les exclusions nombreuses qui minent partout le vivre ensemble,

j’ose encore croire qu’un autre avenir est possible sur le continent.

un avenir sans guerre, sans faim, sans maladies, et sans exclusion.

un avenir ou les africains indépendamment de leurs nationalités, de leurs ethnies, de leurs religions ou  de leurs régions coopéreront dans la concorde.

Mais, je ne perd pas aussi de vue que  cet avenir probable reste  largement, sous le contrôle de nous même les africains. Plus tôt nous atteindrons un niveau de conscience commune élevé pour comprendre que nous devons orienter notre histoire autrement en agissant autrement et plus tôt il viendra, soit on ne le fait pas et plus tard il viendra ou ne viendra jamais.

Point donc de fatalité. Le destin du continent est dans la main des africains eux même, nos actions  au quotidien déterminent des résultats que nous devons assumer.

Toutefois, une vieille chanson de mon Bénin natal qu’on chante dans les situation désespérée pour se donner espoir proclame que même si le destin t’a condamné, ta prière peut  te sauver. Tout naïvement, j’y souscris et forme pour le continent tout entier, en 2014, un seul voeu:

Une minute de silence total des armes sur l’ensemble du continent.

Juste une minute d’absence d’épisodes guerriers aux quatre coins du continent.

Une minute de silence total des cris de détresse sur l’ensemble du continent.

Une minute de silence des tensions, des appréhensions et des déboires diverses sur le continent

Juste une minute de paix sur tout le continent.

Une minute  de coopération et de convivialité entre tous.

Enfin, une minute d’apaisement total et de  développement.

Une minute magique,

une minute féerique

Une minute interminable.

Suivie, pourquoi pas, d’une autre pareille,

Puis encore une autre,

Puis un jour,

puis toujours.

Eh Diantre! si tout le continent pouvait souscrire  à cette minute de paix interminable. Bien sûr que c’est dans les cordes du continent.

Bien sûr que  yes, we can.

Puisse 2014 voir ce instant se produire!

Que tous les vœux soient.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.