présidentielles Bénin 2016

Dans la jungle, terrible jungle politique béninoise, le règne du roi lion va prendre fin ce 06 avril.

Et comme en pareille occasion, les ego s’affrontent et les têtes se cognent déjà.

Qui deviendra le prochain locataire du palais de la Marina ?

La fièvre électorale est montée d’un cran ce lundi et mardi 11 et 12 janvier 2016.

Les candidats potentiels étaient invités à officialiser leur candidature

Les uns après les autres, ils ont défilé à la Commission Électorale Nationale Autonome (CENA)

Au total, pour les présidentielles Bénin 2016, la CENA a enregistré,

48 candidats  dont 4 femmes

48 idées de développement de la nation Béninoise.

Mais la grosse attraction de cette élection 2016, c’est l’entrée en lice des hommes d’affaire.

Au Bénin, la politique est une chose trop juteuse, pardon, trop sérieuse…

Pour être laissée aux seuls hommes politiques.

En réalité, sur cette pléthore de candidats, seule une poignée peut être jugée crédible.

Pourtant, tous y sont allés, chacun avec sa stratégie particulière de conquête du pouvoir.

Stratégie qui rappelle chez certain un animal de la fable.

Dans ce défilé de dépôt de candidature aux allures de bal masqué

On pouvait reconnaître  le coucou, l’écureuil, le coq, la fourmi, le caméléon et beaucoup de chats.

Le coucou, chacun sait est un oiseau opportuniste,

Il  pond ses œufs dans le nid des autres oiseaux,

Il  leur fait couver ses propres œufs puis nourrir  ses propres oisillons.

Comme le coucou, Lionel Zinsou a été nommé premier ministre du Bénin il y a six mois,

Il a abandonné la direction de PAI Parteners, premier fonds d’investissement européen.

Revenu  au Bénin, il est devenu l’allié des FCBE, la coalition présidentielle

Il s’est porté candidat à la candidature à la présidence pour le compte des FCBE.

Dauphin volontairement choisi par Boni Yayi

Il a été désigné candidat unique des FCBE au détriment de toutes les ambitions internes.

Cette désignation a fait beaucoup jasé dans les rangs des FCBE et a fini par l’éclater.

Pas moins de sept candidats en lice pour ces élections

 sont issus de cette majorité présidentielle

Il est devenu le porte flambeau d’une formation en lambeau.

Mais il a surtout le mérite de rallier à sa cause deux grands partis d’opposition.

Le Parti du renouveau démocratique (PRD) d’Adrien Houngbedji, président du Parlement béninois.

Et la Rennaissance du Bénin (RB) de l’ancien président Nicéphore Soglo

Qui l’eu cru ?

Toutefois, il doit encore convaincre les béninois sur la pertinence de ce regroupement.

Une simple concentration horizontale au service des intérêts personnels?

Et surtout, avec toutes les contradictions qu’il charrie,

Quelle marge aura t-il, à moyen terme, pour générer un taux de croissance à deux chiffres

Condition pour  créer des emplois du développement et surtout la cohésion nationale.

Autre candidat, autre méthode. patrice talon, l’homme devenu  célèbre malgré lui.

C’est l’écureuil personnifié,

Première fortune du pays, il est aussi le premier employeur non étatique.

Comme l’écureuil  il est gracieux, malicieux, économe mais surtout thésauriseur.

Ses provisions dépassent largement ses besoins,

Et de la prudence à la cupidité, il n’y a souvent qu’un pas.

L’homme promet de communiquer à tous les béninois le génie pour devenir aussi riche que lui.

Mais il devra encore convaincre que lui président,

Il  saura faire la part des choses entre l’intérêt du peuple et ses multiples intérêts privés.

Mais en attendant d’apprendre à chacun à pécher son poisson,

tout le monde veut avoir part au gros poisson  que lui-même a déjà pêché.

Au regard de l’engouement qu’il soulève, l’histoire dira si c’est un marché de dupe ou non.

Après la première fortune du pays,

Sur la ligne de départ, il a aussi la deuxième fortune du pays.

Sébastien Germain Ajavon,  Fofo Séba pour les intimes.

Si l’homme était une institution, sa mascotte serait le coq.

Il a fait fortune dans la volaille importée.

Comme le coq, l’homme sait se faire entendre et ses prises de position sont souvent viriles.

Avec lui, tous les béninois sont assurés d’avoir du poulet à leur table aux trois repas quotidiens.

Mais quid du reste ?

Entre la gestion d’une entreprise et celle d’une nation, il y a un monde.

Sans expérience de gestion publique, comment éviter le pilotage à vue ?

Pour mettre en œuvres une politique de développement et de cohésion sociale,

L’homme devra encore convaincre sur ses  capacités  organisationnelles et ses ressources.

Le candidat Abdoulaye Bio Tchané a remplacé Boni Yayi à la tête de la BOAD en 2006,

Il ambitionne de le remplacer, une fois encore, à la tête de la magistrature suprême du Bénin.

Comme la fourmi, li travaille activement à cette fin depuis 2006.

En 2011 il a refusé de prêter son soutien à boni Yayi pour rempiler et s’est lui même positionner

Candidat malheureux, il y croit toujours et ratisse le pays en promettant monts et merveilles

Mais l’électorat du septentrion, sa région natale, dont le vote groupé a toujours fait la décision

N’a pas joué, jusqu’à ce jour, en sa faveur, allez y savoir pourquoi.

S’il est vrai que nul n’est prophète en son pays,

Il est aussi vrai que nul ne peut être roi qu’en son pays.

Sa chance ultime, qui serait aussi, synonyme de malchance, pour les autres candidats en lice

Qu’enfin les déterminants du vote du septentrion jouent en sa faveur aux élections prochaines.

Et que dire du candidat Pascal Iréné Koupaki, PIK pour les intimes.

Il fait penser à bien des égards au caméléon, n’en déplaise au gle Kérékou, le caméléon national.

Le caméléon chacun sait change de couleur et devient visible ou invisible

Comme le caméléon, l’homme  est toujours invisible sur la ligne de départ,

Et soudain, il devient très visible sur la ligne d’arrivée.

Ce fut le cas en 1996, quand il fut nommé directeur de cabinet de Me Adrien Houngbédji.

Leader du PRD et Premier Ministre de la République du Bénin sous la présidence de Mathieu Kérékou

Etant inconnu au PRD, cette nomination fut très décriée par les militants de base du PRD.

Ce fut encore le cas en 2006 , il fut nommé ministre des finances puis  premier  ministre de Boni Yayi.

Pourtant, il était totalement invisible dans l’équipe de campagne de Boni Yayi

Dauphin présomptueux de Boni Yayi, pendant sept ans, il est resté le favori pour ces élections.

Mais depuis que sa rupture avec Boni Yayi est consommée en aout 2013

l’homme n’a plus la faveur des caméras, celle des pronostics non plus.

Dans tous les cas il peut devenir visible dans la nouvelle équipe gouvernementale.

Quid des nombreux autres candidats ? Je les identifie au chat.

Le chat est considéré comme un animal lunaire. La nuit, il disparaît pour ne réapparaître qu’au petit jour.

Il  rentre à la maison comme si de rien n’était, pour venir y dormir.

Comme le chat tous les autres candidats disparaîtrons au soir du scrutin.

Ils réapparaîtront à la veille des élections prochaines

En attendant la validation de ces candidatures par la Cour constitutionnelle le 25 janvier

Méditons cette pensée de kourouma dans le soleil des indépendances:

« La politique n’a ni yeux ni oreille ni cœur. En politique le juste et l’injuste marche de pair.

Le bien et le mal s’achète ou se vende au même prix. »présidentielles Bénin 2016

2 thoughts on “bal masqué des candidats aux présidentielles Bénin 2016

  1. C’est normal.Tu as mis en exergue les animaux dans ton article.Mais attention!Les présidentiables du Bénin ne sont pas des animaux.Tu as juste mis en valeur ta carrière de naturaliste.Le journalisme pour toi n’est que de l’accessoire.Comme quoi,à beau cacher le naturel,il revient au galop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.