Pierre_Nkurunziza_2014. en.wikipedia                                                                                                                                              Crédit photo: en.wikipedia.org

 

Enfin, ce que la communauté internationale redoutait au Burundi, est arrivé

Depuis la volonté affichée du président Nkurunziza de s’accrocher au pouvoir,

Puis la reforme constitutionnel opportuniste manigancée,

Et enfin le ko électoral orchestré pour y parvenir,

La crainte était grande de voir le pays basculer dans la violence, le chaos.

Désormais, le doute n’est plus permis.

Les répercussions tant redoutées de cette imposture démocratique s’étalent au grand jour

Depuis 8 mois, les violences font rage au Burundi.

Depuis 8 mois le pays est mis à feu et à sang.

Depuis 8 mois, la crise a déjà fait plus  de 400 morts et 230 000 réfugiés.

Depuis 8 mois aucune chance  n’est laissée à la croissance économique.

Depuis 8 mois le pays ne sécrète qu’insécurité, mort et pauvreté.

Depuis 8 mois le pays sombre peu à peu dans le chaos.

Pourtant, contre ce projet de candidature, le pays tout entier s’est insurgé.

Contre ce projet, la Communauté internationale a exprimé ses inquiétudes.

Contre ce projet, l’Union africaine a pour une fois dans son histoire, pris parti.

Contre ce projet, les poids lourds du parti présidentiel sont entrés en dissidence.

Mais, hélas, rien n’y a fait, le prince est parvenu à ses fins.

Depuis lors, le pays va à vau l’eau.

Et que faire pour dénouer la crise et épargner les vies humaines ?

La Commission de l’Union Africaine propose sa solution.

Le déploiement d’une force d’interposition de 5000 hommes.

Mais sans consensus des chefs d’Etat de l’Union,

Et sans consentement de la partie burundaise,

Le projet a été avorté au 26e sommet de l’Union Africaine

Le Conseil de sécurité des Nation Unies et l’administration Obama,

Pour leur part, penchent  plutôt pour un règlement politique.

Plusieurs missions de ces deux institutions ont été dépêchées à Bujumbura

Pour désamorcer la violence et faciliter le dialogue entres gouvernement et opposition.

Mais le président Nkurunziza, est resté inflexible face à toutes ces initiatives.

Pour la partie burundaise, elle n’a de leçons à recevoir de personne.

A tous ceux qui sentent indignés,

Gentiment mais fermement, il est demandé de « circuler ».

ô Ciel, quel détachement ? Quelle compromission ?

Pourquoi cet acharnement à mettre son propre peuple à genou ?

Pour le châtier de son désir de liberté et d’instauration de l’Etat de droit?

Ou peut être, comme Néron, pour admirer le macabre spectacle ?

Ou pour faire la démonstration de sa propre grandeur ?

Le monde entier regarde le Burundi et est horrifié

Le premier magistrat du pays regarde le monde et se sent glorifié

Le malheur du peuple, fait la grandeur du prince.

Non, la grandeur d’un homme ne se mesure pas à sa hauteur,

Mais à ses actions et actes en ce monde.

Et justement, les actions et actes en question sont répréhensibles.

La grandeur véritable est dans la bienfaisance.

Pourtant, avec les événements du Burkina Faso en 2014,

On croyait la fatalité des reformes constitutionnelles vaincues sur le continent.

On se souvient, Blaise Compaoré voulait aussi modifier la constitution,

Pour s’octroyer une rallonge et s’accrocher au pouvoir.

Une insurrection populaire a balayé son régime du jour au lendemain.

Un exploit qui a fait croire un moment sur le continent,

Que les reformes constitutionnelles opportunistes sont du passé.

Mais, hélas non ! Avec le Burundi, le continent est rattrapé par ses vieux démons.

Déjà, le mal s’est métastasé au Congo Brazzaville et au Rwanda,

Les indices du même mal sont également décelés en RDC.

Quand le continent va-t-il apprendre de ses erreurs?

Et le plus triste et désespérant est que dans cette tare continentale,

Ce sont les timoniers qui conduisent le navire dans le gouffre.

Mais comme le dit un adage africain,

Trois cent soixante-quatre jours pour les dirigeants,

Un pour le peuple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *