Et si Yaya Jammeh jouait au poker menteur ?

Le président gambien sortant, Yaya Jammeh, a annoncé vendredi 9 décembre qu’il rejette les résultats de l’élection présidentielle du 1er décembre. Une élection  pour laquelle il avait, une semaine auparavant, dans une déclaration télévisée, reconnu sa défaite face à l’opposant Adama Barrow. La question se pose désormais de savoir quel avenir pour l’alternance démocratique en Gambie. Plus globalement, à quelle crédibilité s’attendre pour les systèmes démocratiques africains ?

Avec Yaya Jammeh, une surprise peut en cacher une autre

L’information est tombée vendredi 9 décembre au soir. Ce que tout le monde redoutait depuis le début arriva. Le président sortant de la Gambie, Yahya Jammeh, rejette les résultats de la dernière présidentielle, qui le créditaient de 36 % des voix contre 45,5 % pour l’opposant  Adama Barrow et 17,8% pour le 3e candidat, Mama Kandeh. On se souvient, à l’annonce des résultats, au lendemain du scrutin, il avait contre toute attente reconnu sa défaite. Dans une opération de charme, il a appelé son challenger et l’a félicité de sa victoire.

Ce vendredi 9 décembre au soir, ce fut plutôt une opération de rectification. Dans une allocution diffusée à la télévision et la radio nationale, il déclare que l’élection a été truquée, notamment par la commission électorale : « Autant j’ai accepté les résultats car j’ai cru que la commission était indépendante et honnête, désormais je rejette les résultats dans leur totalité. Laissez-moi répéter : je n’accepterai pas les résultats ».

Concrètement, Yahya Jammeh accuse le président de la commission Alieu Momar Njie d’avoir truqué la compilation des résultats, mais ne demande  pas un nouveau comptage des voix. Il a plutôt appelé à de nouvelles élections présidées « par des gens craignant dieu ».

Après un tel revirement, que va t-il se passer à présent ? Quel avenir pour l’alternance démocratique en Gambie ?

Certes, dans une allocution claire et ferme, Adama Barrow a dans une allocution claire et ferme, par média interposé :  « Yahya Jammeh n’a pas l’autorité constitutionnelle pour invalider les résultats ni pour convoquer un nouveau scrutin (…) La Commission électorale est la seule autorité compétente pour annoncer le résultat des élections et pour en déclarer le vainqueur (…) Nous appelons Yahya Jammeh à respecter le processus de transition et à léguer le pouvoir à la fin de son mandat en janvier. J’exhorte Yahya Jammeh à respecter la volonté du peuple ».

Certes, Adama Barrow a le soutien inconditionnel de la communauté internationale, notamment de l’Union Africaine, des USA, de l’Union Européenne et surtout du Sénégal, le grand voisin de la petite Gambie.

Mais, malgré toutes ces considérations, force est de reconnaître que la question est pourtant loin d’être réglée. Si victoire il y a, il reste la gestion du pouvoir : elle doit passer par une passation de charge entre le sortant Yaya Jammeh et l’entrant Barrow, et là réside le nœud de la crise actuelle en Gambie. Après l’épreuve des urnes, faut-il se résoudre à l’épreuve des armes ou à la résignation ?

A mon avis, une lecture minutieuse de l’évolution de la situation post-électorale en Gambie fournit quelques pistes pour cerner les raisons du revirement pathétique de Yaya Jammeh et peut être aussi quelques clés pour une sortie de crise en Gambie.

Le poker menteur de Yaya Jammeh

Après 22 ans de pouvoir sans partage, Yaya Jammeh est conscient de son discrédit, aussi bien aux yeux de ses concitoyens que de ceux de la communauté internationale.  Il est conscient des abus et exactions commis sous sa responsabilité, et des représailles possibles à son encontre, s’il n’a plus la protection du pouvoir. Son geste inattendu de reconnaissance de sa défaite à l’élection présidentiel apparait donc comme un acte de repentance et de rachat de ses fautes et abus. Il espérait en retour une reconnaissance et une admiration unanime, gage pour lui d’une retraite honorable.  Mais en une semaine, qu’a-t-il observé ?

Certes, quelques éloges, mais pour la première fois, de nombreux Gambiens ne se cachent plus pour critiquer Jammeh et déclarent ouvertement leur soif de changement et de justice.  Mais il y a plus.

Le souhait de le voir traduit devant la justice nationale ou internationale est largement partagé et le comble pour un dictateur sortant, le président entrant a, lui-même, réitéré qu’il n’a jamais dit que Yaya jammeh ne serait pas poursuivi par la justice. Il voulait une porte de sortie honorable, mais tout lui indique la CPI. Dans une telle perspective, que gagne t-il à quitter le pouvoir ? Il considère qu’il vaut mieux rester au pouvoir vaille que vaille que de quitter le pouvoir et se voir traquer. Ainsi, le geste de reconnaissance de sa défaite fait penser à un jeu comparable au poker menteur qui lui a permis de vendre le pouvoir sans le céder. Si la contre partie obtenue est jugée satisfaisante, il le cède, sinon il le garde et fait monter les enchères.

 A mon avis  la peur et la crainte de se voir traquer et traîner devant les juridictions ont pesé dans le brusque revirement de Yaya Jammeh  plus qu’une réelle volonté de retourner aux urnes. Dans un tel contexte, il importe que les instances de décision et d’influence trouvent des stratégies pour apporter quelques garanties à Yaya Jammeh pour une passation pacifique de charges en Gambie.

Dans tous les cas, un compromis qui permet de sauvegarder la démocratie et permet au pays de faire un bond en avant sera préférable à une intransigeance qui peut faire sombrer le pays dans la violence.

Quoi qu’il en soit, Yaya Jammeh, un jour ou l’autre, directement ou indirectement, devra répondre de ses actes, mais il faut savoir raison garder et donner le temps au temps.