Le congrès des réformistes du parti la Renaissance du Bénin a vécu. L’aile des réformistes du parti La Renaissance du Bénin a gagné le pari d’organiser son congrès le weekend passé à Abomey. Étaient présents à ce congrès presque toutes les sections et tous les ténors du parti hormis les Soglo.  Le congrès a prononcé l’exclusion définitive de Léhady Soglo du parti après son éviction de la tête du parti intervenue un mois plus tôt et s’est donné un nouveau président en la personne d’Abraham Zinzindohoué, ancien garde des sceaux du Bénin.

Règlement de compte pour les uns, crise de leadership pour les autres, la question est pendante devant les tribunaux et la décision du juge est attendue ce jour mardi 27 juin 2017.

Au delà de l’aspect judiciaire, cette crise soulève la pertinence du système partisan béninois. Que des désaccords voire des différends apparaissent dans la gestion d’un parti, il n’y a rien de plus normal. Mais lorsque la gestion de la crise à l’interne passe par le mépris et le dénigrement des uns par la fondatrice et le président d’honneur du parti, on en vient au spectacle que donne actuellement, le parti la Renaissance du Bénin.

La crise a éclaté au grand jour  avec la destitution par le bureau politique du parti de son président Léhady Soglo, par ailleurs fils de la fondatrice du parti, Mme Rosine Viéyra Soglo et du président d’honneur du parti Nicéphore Dieudonné Soglo

Seulement voila, dans cette crise, la fondatrice et le président d’honneur ont pris fait et cause pour leur fils. Ils ont crié haro sur le baudet,  balayé du revers  de la main toutes les critiques formulées contre leur rejeton et voué aux gémonies les « soi-disant réformistes ».  Cette réaction paternelle du couple Soglo était plus ou moins attendue par tous les observateurs de la vie politique béninoise. Ce n’est, en effet, un secret pour personne que chez les Soglo, le père et la mère aiment Léhady Soglo passionnément. Pour l’amour de Léhady, ils sont capables du meilleur et du pire.

Où s’arrête l’amour filial, où commence le sens du bien commun et de l’intérêt général ? C’était la grosse interrogation que pose cette crise.  Autant dire que sa gestion est une grosse frustration. Peut-on aimer son fils au point de ne plus voir dans quel sens coule le fleuve ? Pour l’ancien députe Épiphane Quenum, « on ne peut pas être entrain de protéger son enfant jusqu’à perdre son honneur. La Renaissance du bénin est un patrimoine national… »

Quoi qu’il en soit, le juge donnera son verdict d’un instant à la’autre. Dans le meilleur des cas Léhady Soglo et sa famille  garderont le nom et le logo du parti, mais qu’importe une telle victoire, si toutes les forces vives du parti sont du  côté des réformistes.  Comme quoi, un bon arrangement vaut toujours mieux qu’un bon procès.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *