Skip to main content

Législatives 2019 au Bénin, l’opposition entre  changement et rupture

Lopposition béninoise entre changement et rupture
une délégation de de l’opposition béninoise

 

Ça va changer, ça doit changer ! …Ça va changer, ça doit changer !

Le slogan est accrocheur et a fait mouche.

En 2006 monsieur Changement avec son leitmotiv à la bouche, s’installa.

Pendant deux mandats tout entiers, monsieur Changement a chanté

Très content et satisfait de soi, le refrain était à l’autosatisfaction.

Yinwê ! « C’est moi », Yindié ! « me voici ».

L’eau potable, l’électricité, les routes ; » Yinwê ! »,

La césarienne gratuite, l’école gratuite, les micro crédits ;  » Yinwê ! »,

L’émergence économique et la prospérité partagée ;  » Yindié ! ».

Afin que tout soit clair, le peuple fut prévenu que le train de monsieur Changement ne fait pas machine arrière.

Et laudateurs de renchérir : « Après nous, c’est nous ! ».

Pourtant, malgré tout ce tapage tonitruant

Les courtisans sont chaque jour éclaboussés par des scandales sordides,

Mais monsieur changement, la main sur le cœur, avoue, chaque fois, ne pas être au courant.

Le peuple fini par se lasser des fariboles de  monsieur Changement.

Après une décennie de son   régime, le peuple opta pour l’alternance.

Sans trop y croire et peut être mêmes, à contre cœur,  Il jeta son dévolu sur dame Rupture

Visiblement, bien lui en a pris.

Au-delà de toute attente, dame Rupture s’est révélée laborieuse, perfectionniste et déterminée.

Aussitôt à l’œuvre, elle annonça les couleurs :

« Tout le pays est à reformer, sinon on court vers le chaos total »

Et reforme après reformes, les lueurs d’une société et d’une économie organisées commencent par pointer à l’horizon.

Mais la potion est amère, très amère, il faut le reconnaître.

Sur le plan politique, le système partisan n’a pas échappé aux reformes de dame Rupture.

La charte des partis et le code électoral, entre autre, ont été revus et amender de fonds en comble.

Des exigences nouvelles de représentativité et  de quitus fiscal sont introduites dans le jeu politique

Des exigences qui préfigurent une classe politique plus responsable et plus vertueuse.

Dorénavant donc, exit tous les partis claniques d’antan et plus d’élus débiteurs vis-à-vis du fisc

Comme il fallait s’y attendre, monsieur Changement est passé à l’opposition, par la force des choses,

Mais, au lieu de prendre la mesure de la nouvelle donne et  de s’adapter, il préfère plutôt fulminer.

Avec les siens, ils tournent en dérision toutes ces reformes.

Quelles reformes ? De la poudre aux yeux ! De la pure arnaque politique !

Ils sillonnent le pays pour faire de l’opposition, de la diversion et de la victimisation.

Il menace même d’abroger toutes ces lois inspirées des reformes après les législatives 2019 qu’elle espère remporter.

Mais pour remporter ces législatives 2019,  il faut d’abord candidater, et c’est là que le bat blesse.

Voici venu la saison du dépôt des dossiers de candidature pour les législatives 2019 au Bénin en question.

Tout naturellement, il est le premier à s’offusquer du rejet de son dossier de candidature  pour non-conformité à la nouvelle loi.

Comme il fallait s’y attendre, beaucoup d’ agitations, des menace et même  un ultimatum.

De guerre lasse, avec les siens, il alla crier secours chez dame Rupture, sa rivale,
La priant de lui faire quelques arrangements pour un scrutin inclusif et .pour la paix…

Changer la loi pour les personnes qui sont appelées à faire les lois ?

Une demande aussi curieuse qu’inacceptable pour dame Rupture.

Que penserait  d’elle le citoyen lambda, malmené par les différentes reformes ?

Que faisiez-vous depuis que la loi à été votée se garda-t-elle de demander à ses hôtes.

Mais dame Rupture nullement rancunière, fut bonne conseillère.

Faites tout pour vous conformer à la loi ; l’administration, est instruite pour vous faciliter la tâche.

Mais visiblement, malgré les efforts indéniables, les meubles n’ont pas pu être sauvés.

A la clôture du délai imparti pour le dépôt des candidatures,

Le camp de monsieur Changement est arrivé après fermeture des bureaux.

Sauf miracle, le scrutin se déroula sans le camp de monsieur Changement.

Chronique d’une exclusion annoncée ou manœuvre de victimisation stratégique? 

Quoi qu’il en soit, il n’est jamais trop tard pour se conformer à la loi.

Mieux vaut se conformer à la loi et espérer … que d’espérer… pour se conformer à la loi. 

A prôner le changement sans rompre, on finit par rompre et changer dans la douleur.

Dans la citée, comme dans la jungle, il faut en permanence s’adapter aux lois pour survivre. sinon la sélection vous élimine.

Le changement est dans la rupture et la rupture est changement et donc évolution.

La leçon vaut bien un déplacement au palais de la Marina.

On espère qu’elle est sue pour de bon et pour de vrai.

Agbadjé Adébayo Charles

AGBADJE Adébayo Babatoundé Charles A. Q.

AGBADJE Adébayo Babatoundé Charles A. Q.

Citoyen africain, originaire du Bénin, vivant au Gabon et biologiste de formation. Passionné des questions d'actualité en rapport avec la modernité et le développement de l'Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.