Formation des mondoblogueurs à Abidjan : “connectiquement vôtre“

mondoblog Abidjan

Du 02 mai au 12 mai à Abidjan (Grand-Bassam), s’est tenu le conseil annuel de la famille mondoblog. Pendant dix jours,  les blogueurs francophones  ont échangé pour faire le bilan de la saison passée et tracer les perspectives de la saison qui commence.

Mondoblogueurs de la troisième saison, c’est pour la première fois que j’assiste à l’événement et je ne le cache pas, j’avais quelques appréhensions  avant la rencontre. Mais, je dois l’avouer, toutes ces craintes se sont vite évanouies. Le site pittoresque de l’hôtel Tereso, la grande diversité de la famille et l’organisation  satisfaisante du séjour ont comblé mes attentes et gommé le stress du dépaysement.

Dix jours durant, les pieds dans la mer de l’hôtel Tereso et la tête dans la toile du web, grâce à la magie de MTN, la famille a eu tout le temps et le loisir de se ressourcer. Grâce aux travaux en atelier, les mondoblogueurs ont renforcé leurs capacités  en écriture journalistiques, sur les règles et la déontologie des journalistes et blogueurs, la sécurité sur le web et ils ont appris les rudiments du codage informatique. A tous les formateurs, j’adresse mon satisfecit.

 Au nombre des institutions et organisations visitées par l’équipe Mondoblog pendant le séjour, il y a le Connectic Abidjan, un AfterWork qui réunit chaque derniers jeudi du mois, les Acteurs de la scène technologique de Côte d’Ivoire.

Je pense aussi que cette semaine de formation Mondoblog à Abidjan peut être placé sous le sceau du « Connectic » au regard des connexions multilatérales qui se sont établies pendant le séjour.

D’abord, il y a la connexion logique des mondoblogueurs, en particulier ceux de la 3ème saison, avec le staff dirigeant de la plateforme. Ziad, Simon, Raphaelle, Manon, le concepteur du projet Philipe Couve et Dilette (mes excuses si le nom est mal écrit) ne sont plus de simples interlocuteurs virtuels, mais des personnes admirables à qui je renouvelle ici ma sympathie et mon soutien.

Ensuite, il y a la connexion évidente entre mondoblogueurs. Un visage, une voix et souvent une impression, voire une émotion accompagnent, dorénavant chez tous, chacun des noms enchanteurs de la plateforme. A tous et à toutes une fois encore mes amitiés.

Au-delà de ces connexions plus ou moins partagées, il y a les connexions particulières. Les miennes sont, pour certaines, plus ou moins attendues et pour d’autres, totalement improbables.

Béninois de la diaspora, ce fut pour moi, un plaisir de faire connaissance de Maurice, Herman, De Rocher et Sinath, les mondoblogueurs de nationalité béninoise. Ma connexion avec eux a  été naturelle  et très intéressante. Chers frères et sœur, je vous encourage et vous souhaite bonne continuation.

Par les récits, je savais que la relation entre Béninois et Haïtiens est souvent passionnelle. Mais  j’étais loin d’imaginer que ma relation avec les mondoblogueurs Haïtiens serait plus que passionnelle, mais fusionnelle. Ma connexion avec Jérôme, Billy, Zacharie, Nelson et Thélyson  a été tout simplement magique. J’entends encore la voix de Jérôme me disant: « Nous les Haïtiens, nous ne sommes pas des descendants des Africains, mais nous sommes des Africains ». Comment décrire mon état d’âme toutes les fois que Zacharie Victor me serrait dans ses bras en martelant : « Tu es mon Papa ! Voici mon Papa ! ». J’en suis encore tout ému. A vous tous et à Valery Moïse, qui n’a pas pu faire le déplacement, j’adresse mes salutations fraternelles. A toi Zacharie je suis fier de te dire : “tu es ptit mwen“.

Enfin, il y a toutes ces connexions improbables nouées au détour d’une conversation.  Je pense à Arthur, le Français Australien, avec qui nous avons parlé du Bénin où est née sa fille. Je salue Yannick, Daye, Stéphane, Baba, David, Gaëlle et Mamadou avec qui j’ai eu des conversations très agréables. Je salue aussi Chantal de Goma dont la personnalité est aussi enchanteresse que le nom. Je pense aussi à mes chers amis Joe Maronne, Naoumane, Richard, Eli, Bassidou, Julien, Aristide, Aphtal, la sœur Awa, la sympathique Josiane, Marech, René  et j’en oublie. Je fais au passage un clin d’œil à mon cher Debelehi dont le départ précipité m’a beaucoup attristé. Ce fut un plaisir de vous connaitre tous.

Toutes les bonnes choses ont une fin et la formation aussi, mais toutes ces connexions, je l’espère, resteront.

 Good-bye Abidjan et vive Mondoblog.

8 mars: Une date qui rappelle que la femme est l’avenir de l’homme.

1797372_601818493234397_566351441_n

 

La Journée internationale de la femme est célébrée le 8 mars de chaque année par les  femmes dans le monde entier. Elle est également célébrée à l’ONU et, dans de nombreux pays, c’est un jour de fête nationale. Certes, la condition féminine n’est pas la même sur tous les continents, mais visiblement, le déficit d’égalité entre l’homme et la femme semble de mise partout.

La journée du 8 mars est donc une opportunité pour les femmes de tous les continents, souvent divisées par les frontières nationales et par des différences ethniques, linguistiques, culturelles, économiques et politiques,  pour revendiquer l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, facteur d’émancipation humaine.

Cette journée  puise ses racines dans la lutte menée par les femmes depuis des siècles pour participer à la société sur un pied d’égalité avec les hommes.

A l’instar de la sagesse chinoise  à l’affiche de ce billet, l’enjeu pour ce 8 mars 2014 est double :

D’une part, elle vise une meilleurs prise de conscience des femmes elles-mêmes  de la valeur de leur rôle en tant qu’acteur économique, social et politique, et par conséquent une plus grande responsabilité de leur part des implications de l’égalité recherchée.

D’autre part, faire le plaidoyer en direction des hommes pour une élévation du niveau de la prise de conscience sur la question, pour comprendre qu’en donnant l’égalité à la femme, elle la multipliera, l’amplifiera et rendra l’humanité plus juste au bénéfice des deux sexes.

Comme quoi, le poète a bien  raison quand il dit que la femme est l’avenir de l’homme.

Le vodou Lègba, un Dieu singulier de la galaxie Vodou.

 

A  l’occasion de la fête des religions endogènes célébrée chaque année au Bénin le 10 janvier, je suis heureux cette année d’apporter par ce billet, ma contribution  à l’évènement sur Mondoblog en fournissant quelques points de repère, quelques clefs d’entrée dans la galaxie vodou afin que  quiconque intéressé par le sujet puisse, par lui-même,  se faire une idée du vodou dans ses symboles et dans ses pratiques en général et en particulier du vodou Lègba.

 

Avec ses nombreuses divinités, que l’on présente volontiers d’une façon effrayante, ses rites cabalistiques, ses sociétés secrètes et sa magie en relation avec les forces de la Nature, le vodou  apparaît comme une nébuleuse confuse  de divinités hétéroclites  dans laquelle on ne peut pas s’hasarder sans être initié ou avoir  un prêtre ou une prêtresse vodou pour guide..

N’étant point initié à quelque divinité vodou, je n’aurais pas ici la prétention de dévoiler quelques mystères ou de vous éclairer sur les faces cachés de la spiritualité ou des rituels vodou. Mais bien que profane, je reste tout de même impacté  par la spiritualité vodou qui a largement imprégné toute la culture béninoise qui est la mienne et dans laquelle tout le monde jure, depuis la tendre enfance, au nom de Mahou, le dieu vodou. A ce titre, je me propose en toute modestie, de vous faire faire une visite du panthéon Vodou avec un arrêt sur image sur le vodou Lègba.

 

Dans l’aire culturelle Adja-Tado qui regroupe le Togo, le Bénin et une partie du Nigéria, le vodoun (terme traduit de manière approximative par : esprit surhumain, force, puissance ou divinité) est un ensemble établi de croyances, de rites, de mythes à la structure particulière, fondé principalement sur des entités ou fétiches appelées vodoun ou vodou qui sont organisées en familles, hiérarchisées en panthéon et dont les hommes essaient de se concilier la puissance ou la bienveillance.  Plus qu’une religion, le vodou est un mode de vie.

Par le biais de l’esclavage, le vodou s’est exporté en Occident et a donné naissance  à des formes religieuses au Nouveau Monde, connues sous le nom de vaudou à Haïti et de candomblé au Brésil.

Selon la mythologie la plus répandue dans l’aire culturelle Adja-Tado, à l’origine du monde actuel, on trouve Mahou ou Mawu à laquelle est, sous entendu,  associée une autre divinité : Lissa. En ce sens, Mawu désigne une paire de divinités.  Mawu est féminin, Lissa, masculin. De ce couple primordial seraient nés plusieurs  enfants dotés de pouvoirs surnaturels. Les vodou ou tout du moins, une grande partie d’entre eux, seraient les enfants issus de l’union de Mawu et de Lissa, le dernier-né de cette nombreuse famille étant Lègba.

 

Les fétiches ou vodou seraient donc, des médiateurs entre « Dieu et les hommes ». Pour ces derniers, « ils obtiennent des faveurs », mais sont également les « exécuteurs des vengeances divines ». Il vaut mieux ne pas les croiser, car « leur rencontre est danger de mort». Les vodou emprunteraient une enveloppe Inhumaine pour descendre sur terre et ce, uniquement entre midi et une heure, et la nuit entre minuit et le chant du coq.

 

Le panthéon vodou offre une galaxie de près de trois cents divinités hiérarchisées, mais l’ordre de cette hiérarchie est fortement lié aux différents lignages. Les principales divinités de cette galaxie sont :

.

Xêvioso ou chango: c’est une divinité du ciel qui se manifeste par la foudre. Symbolisé par une double hache, il est le dieu justicier qui châtie les voleurs, les menteurs, les malfaiteurs.

Sakpata ou chakpana: est le Dieu de la terre, il est très craint et les gens n’osent pas prononcer son nom. C’est la divinité qui propage la variole.

Dan : c’est le serpent. Il se manifeste à travers l’arc-en-ciel. Il peut aussi se présenter sous forme d’un homme et combler de richesses ceux qui l’accueillent bien.

Gou : c’est la divinité des forgerons, des chasseurs ou de tous ceux qui manipulent le fer ou les armes en fer. C’est un dieu représenté par un amas de ferrailles. Il protège mais il peut punir également par des accidents sanglants.

Lègba ou Elegbara ou Eshu : c’est le Dieu de la croisée des chemins, le vodou du désordre de la méchanceté, de l’intelligence et de la ruse. Il remplit des fonctions et des rôles bien souvent contradictoires qui ne sont pas sans rappeler Hermès.

A ces divinités majeures s’ajoutent les divinités secondaires.

Chacune de ces divinités a des adeptes initiés qui leurs font périodiquement les cérémonies rituelles.

Cette année aussi, dans tout le pays, les couvents et les temples ont été remis à neuf pour la circonstance et les vodounon (maître vodou) et les vodoussi (adeptes du vaudou) se sont parés pour célébrer leurs divinités comme ici sur la photo.

 

Une danse de vodoussi

 

Toutfois, de  toutes les  divinités du panthéon vodou, manifestement, Lègba est la figure du Vodou la plus familière, mais aussi la plus singulière.

 

 Lègba ou Agbo Lègba : 

le Dieu de la croisée des chemins.

 

23fev 13 Bouche du Roi (33)

Le vodou Lègba ou Agbo-Lègba se retrouve chez les populations Ewé, Adja, Mina, Fon, du Bénin et du Togo et chez les populations yorouba du Bénin et du Nigéria sous le nom d’Elegbara, Eshu-Elegbara, Eshu-Bara ou encore Eshu. Dans le culte Vaudou haïtien, le dieu Legba est vénéré sous deux formes contradictoires : la forme d’un enfant rebelle, ou la forme d’un sage vieillard estropié marchant à l’aide d’une canne.

Le terme Agbo signifie barrière dans le sens d’entrée, seuil  ou portail des maisons, des quartiers des agglomérations ou des cités. A ce titre, Agbo-Lègba est un rempart contre les ennemis réels et mystiques de la famille, de la cité ou de la communauté. Par extension Agbo-Lègba désigne  le Dieu des frontières, du chemin ou  de la croisée des chemins.

 

La légende de Lègba

 

D’après la légende, Lègba ou Elegba est le dernier fils de Mawu et de Lissa.

Mawu, l’être suprême, convoqua les vodoun pour les envoyer sur terre. Lègba se présenta alors, le premier, sans prendre le temps ni la politesse d’apporter un présent, vêtu d’une simple plume sur la tête. Aussi Mawu fâchée le renvoya. Dépité, Lègba descendit sur terre, sans instructions, sans but véritable. Il erra dans des lieux inconnus, ne sachant que faire. Comme il connaissait les langues des deux mondes, celui des divinités et celui des humains, il mit à profit cette errance, en devenant leur messager.
D’autres mythes indiquent que Lègba pourrait être, non pas le dernier-né, le « favori» de Mawu, mais au
contraire, son premier-né, un enfant malformé qui aurait précédé longtemps auparavant, le cycle des enfants normaux.

Quoi qu’il soit, sa venue est toujours placée sous le signe de la ruse, de la rapidité d’esprit, de l’intelligence, du désordre. Il se présente toujours le premier, volant ou essayant de voler la place des autres.

 

La représentation de Lègba

 

Pour ce qui est de la partie visible de l’iceberg, Agbo-Lègba est représenté par une bute de terre aux formes plus ou moins humaines avec souvent un phallus démesuré. Les représentations de lègba traînent partout. On les voit aux seuils des habitations, des lieux publiques et à tous les coins de rues dans les vieilles citées.

On peut même dire que les représentations de lègba sont la face hideuse du vodou avec les offrandes de sang, d’huile de palme et de farine de maïs et autres avec lesquelles on le barbouille régulièrement comme ici le montre ce Lègba royal dans la citée d’Abomey.

3mars 13 (14) Abomey Temples Vaudou

 

Toutefois, Lègba vodou du golfe du Bénin est tout aussi divers dans ses matérialisations que dans ses attributions.

 

Les caractéristiques de Lègba.

 

Agbo Lègba a plusieurs caractéristiques.

 

Lègba, vodou du désordre et de la colère. Divinité de la puissance, de la force qui se déchaînent dans la querelle, la discorde, la colère, le meurtre, la guerre, le cauchemar, la folie passagère, (et même) les rêves érotiques»

Lègba, vodou de la méchanceté.  Il ne cherche qu’à nuire aux hommes, et il faut sans cesse l’apaiser par des sacrifices et des offrandes.

Lègba, vodou de l’intelligence et de la ruse.

Lègba est souvent présenté comme une sorte de lutin au comportement à l’équilibre fragile: il peut être très farceur, mais aussi prêt « aux pires méchancetés », en même temps, il se laisse facilement cajoler, si on sait s’y prendre, avec des sacrifices, des prières ou des libations, et surtout de la nourriture.

 

Les fonctions de Lègba

 

Ainsi que ses caractéristiques, les fonctions de Lègba sont multiples.

 

Lègba, messager des hommes et des vodou.

Agbo-Lègba est le messager privilégier des hommes et des vodous car le seul à les comprendre tous, voila pourquoi on ne peut commencer libation et sacrifice à un grand nombre de vodou sans en offrir les prémices à Lègba afin d’obtenir son concours comme médiateur ou intercesseur.

 

Lègba, gardien de la propriété.

Il est le gardien des propriétés ce qui explique, son installation devant les maisons et aux carrefours, endroits terriblement ouverts et dangereux, qu’il a mission de protéger. Il protège la route de tout danger

 

Vodou de la génération

Représenté avec un phallus démesuré, il est le vodou de la fécondité ou de la reproduction, un vodou de la génération qui serait « susceptible de donner ou de refuser des enfants» à qui il veut.

 

La cérémonie de Lègba

 

Dans le culte vodou, il est admis que toutes choses heureuses et malheureuses arrivent par la volonté de Lègba avec la permission des vodou supérieurs. Mais, la seule manière d’éviter cela est de lui accorder son temps, il faut lui parler, lui donner à manger et à boire abondamment.

Les adeptes du vodou n’entreprennent jamais un long déplacement sans demander la route à Agbo-Elègba, le vodou du chemin afin qu’aucun malheur ne survienne en route.

Généralement les cérémonies Vodou commencent  toujours par les offrandes à Lègba et son invocation passe par une louange dont voici le  refrain culte.

Iba l’Agbo é Agbo mojuba !

Iba  l’Orisha.

Iba l’Agbo é Agbo mojuba o!

B’omodé korin adjuba Agbo é

Agbo mojuba

F’èlègba eshu ona

 

Quoi qu’il en soit, Agbo-Lègba est censé apporter protection, paix et prospérité, mais  il peut également punir.  C’est un vodou dont les  caractéristiques multiples et contradictoires, aussi bien dans son nom, dans ses formes, dans ses attributs que dans ses fonctions font de lui un vodou singulier.

.Qu’on soit adepte ou non, le vodou reste une réalité culturelle forte dans laquelle on naît et avec laquelle on vit au Bénin et dans plusieurs pays du golf du Bénin, malgré la percée des églises du réveil. Le champ du vaudou reste encore aujourd’hui très vaste, ésotérique et complexe. Et le mystère est bien entretenu au sein des couvents et forêts sacrées où l’héritage est légué au fil des générations à travers une tradition orale.

 

Tout n’est pas noir sur notre planète bleue

Voir Naples et mourir »,  ainsi parlaient les Napolitains pour montrer la beauté exceptionnelle de leur ville qu’il faut voir une fois dans sa vie. Toutefois,  dans notre monde globalisé, il y a une multitudes de sites féeriques  sur la planète qu’il serait souhaitable que  chacun de nous  voit une fois dans sa vie  avant de mourir et dont je propose ici quelques uns. 

Messieurs et Dames, bienvenus à bord de mon  blog pour une ballade féerique à travers les sites merveilleux à voir avant de mourir.

Je ne suis pas un guide chevronné, mais je ferrai de mon mieux.

Pour commencer, fermez vos yeux, n’ayez aucune crainte, laissez moi vous prendre par les mains et suivez moi pour une petite ascension du mont Haiku à Hawai en guise d’échauffement.

Et voila!  Ouvrez  maintenant les yeux.

Waouh!!

Les escaliers de Haiku a Hawai USA

Avouez que vous ne vous y attendiez pas. Ce sont les escaliers de Haiku à Hawai. C’est plutôt stupéfiant non? Mais, vous n’avez encore rien vu.

Restons toujours au USA pour  admirer l’Antelope canyon en Arizona.

Antelope canyon Arizona

Impressions?

Fabuleux. Vous avez raison.

Oui bien sûr,  qui dit Arizona,  dit aussi le Grand Canyon.

Voilà c’est fait. vous êtes servi ,messieurs et dames.

Le Grand Canyon en Arizona

De mieux en mieux, je ne vous le fais pas dire. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin?

Faisons un détour par l’Europe pour admirer les caves Fingal sur l’ile de Staffa en Ecosse.

les caves Fingal sur l'ile de Staffa Ecosse

Comment ? impressionnant ?

Moi je trouve ça merveilleux.

Mais, il y a mieux.

Regardons  du côté de la Turquie pour voir l’ancienne-région d’Anatolia à Cappadocia.

Ancienne région d'Anatolia a Cappadocia turquie

Pittoresque  non?  Bien sûr.

Je vous propose le saut par l’Ukraine. Imaginez vous seul avec l’être aimé marchant dans le tunnel de l’amour de Klevan.

Le tunnel de l'amour de Klevan Ukrain21e5e6a0-7a9b-47b3-a98d-63c4078026ff_enhanced-buzz-wide-6462-1383947582-13

Comment? suggestif?

Vous l’avez dit, vous l’avez dit.

Et que dites vous de ça?  Un arc en ciel?

Mais non! Plutôt des  champs de tulipes au pays-bas.

Les champs de tulipes pays bas

Ingénieux.  Mais,  la nature fait encore mieux comme on peut le voir  à Hitachi-seaside park de hitachinaka au Japon:

Hitachi seaside park de hitachinaka japon

Ou encore avec les craters du lac Kelimutu  en Indonesie

Les craters du lac Kelimutu  Indonesie

ou bien avec  les formations rocheuses de Zhangye Danxia à Gansu en Chine, Les formations rocheuses de Zhangye Danxia a Gansu Chine

ou bien les grottes de Hang Son Doong au Vietnam

les grottes de Hang Son Doong   Vietnam

Ou les craters du lac Kelimutu en Indonesie,

Les craters du lac Kelimutu  Indonesie

ou les Cenotes du Yukatan  au Mexique

Cenotes du Yukatan Mexique

Ou enfin le Lotofaga village à Upolu au Samoa.

Lotofaga village a Upolu Samoa

L’impression est partout et toujours la même: magnifique.

Oui, oui, je vous sens un peu frustré! Rien chez nous en Afrique?

Ben si . Tenez, voyez ce spectacle!

Les chutez Victoria entre le Zimbabwe et la Zambie

Beau non! Ce sont les chutes Victoria entre le Zimbabwe et la  Zambie. Une merveille pour tous les amoureux de la nature. voulez vous le voir sous un autre angle.

4000276233527

Impressionnant non?

D’autres encore ?

Allez regardez ces quelques sites choisies pour vous à travers le continent!

 

4000276253242

Ounh!!

4000276243715

Ou encore

 

4000276230799

ça comme diversité!

Remontons un peu vers les latitudes nord pour admirer le désert.

4000276240213

ou encore

4000276250931 (1)

 

 

Accordons nous un petit repos dans cette belle demeure

 

4000276248044

Ouf c’est magique!!!!!!

 

Tournons nous à présent  du coté de l’Amérique du Sud et laissons nous  bercer par cette balançoire au bout du monde à Banos en Equateur

La balançoire au bout du monde a Banos Equateur

Faisons avec elle un grand bond pour le bout du monde pour admirer :

Le whitehaven beach surl’ ile Whitesunday en Australie

Le whitehaven beach sur l'ile Whitesunday Australie

La-mer d’etoile à Vaadhoo island aux Maldives

La mer d'etoile a Vaadhoo island  Maldives

et la forêt de bambou de Arashiyama à Kyoto au Japon.

Forêt de bambou de Arashiyama a Kyoto Japon

Voilà, toutes les bonnes choses ont une fin et cette ballade aussi. Mais, vous êtes assuré d’avoir vu une grande partie des choses à voir sur cette terre avant de mourir, même si ce n’est que virtuellement.

Bien sûr partager autant que faire se peut ce billet pour faire profiter à tous ces quelques moments de pur bonheur.

Au plaisir de vous reprendre pour une autre ballade plus magique encore à travers notre planète bleue.

Tout ce qu’un homme doit voir avant de mourir

 

 

 

 

 

« Voir Naples et mourir »,  ainsi parlaient les Napolitains pour montrer la beauté exceptionnelle de leur ville qu’il faut voir une fois dans sa vie. Toutefois,  dans notre monde globalisé, il y a une multitudes de sites féeriques  sur la planète qu’il serait souhaitable que  chacun de nous  voit une fois dans sa vie  avant de mourir et dont je propose ici quelques uns. 

Messieurs et Dames, bienvenus à bord de mon  blog pour une ballade féerique à travers les sites merveilleux à voir avant de mourir.

Je ne suis pas un guide chevronné, mais je ferrai de mon mieux.

Pour commencer, fermez vos yeux, n’ayez aucune crainte, laissez moi vous prendre par les mains et suivez moi pour une petite ascension du mont Haiku à Hawai en guise d’échauffement.

Et voila!  Ouvrez  maintenant les yeux.

Waouh!!

Les escaliers de Haiku a Hawai USA

Avouez que vous ne vous y attendiez pas. Ce sont les escaliers de Haiku à Hawai. C’est plutôt stupéfiant non? Mais, vous n’avez encore rien vu.

Restons toujours au USA pour  admirer l’Antelope canyon en Arizona.

Antelope canyon Arizona

Impressions?

Fabuleux. Vous avez raison.

Oui bien sûr,  qui dit Arizona,  dit aussi le Grand Canyon.

Voilà c’est fait. vous êtes servi ,messieurs et dames.

Le Grand Canyon en Arizona

De mieux en mieux, je ne vous le fais pas dire. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin?

Faisons un détour par l’Europe pour admirer les caves Fingal sur l’ile de Staffa en Ecosse.

les caves Fingal sur l'ile de Staffa Ecosse

Comment ? impressionnant ?

Moi je trouve ça merveilleux.

Mais, il y a mieux.

Regardons  du côté de la Turquie pour voir l’ancienne-région d’Anatolia à Cappadocia.

Ancienne région d'Anatolia a Cappadocia turquie

Pittoresque  non?  Bien sûr.

Je vous propose le saut par l’Ukraine. Imaginez vous seul avec l’être aimé marchant dans le tunnel de l’amour de Klevan.

Le tunnel de l'amour de Klevan Ukrain21e5e6a0-7a9b-47b3-a98d-63c4078026ff_enhanced-buzz-wide-6462-1383947582-13

Comment? suggestif?

Vous l’avez dit, vous l’avez dit.

Et que dites vous de ça?  Un arc en ciel?

Mais non! Plutôt des  champs de tulipes au pays-bas.

Les champs de tulipes pays bas

Ingénieux.  Mais,  la nature fait encore mieux comme on peut le voir  à Hitachi-seaside park de hitachinaka au Japon:

Hitachi seaside park de hitachinaka japon

Ou encore avec les craters du lac Kelimutu  en Indonesie

Les craters du lac Kelimutu  Indonesie

ou bien avec  les formations rocheuses de Zhangye Danxia à Gansu en Chine, Les formations rocheuses de Zhangye Danxia a Gansu Chine

ou bien les grottes de Hang Son Doong au Vietnam

les grottes de Hang Son Doong   Vietnam

Ou les craters du lac Kelimutu en Indonesie,

Les craters du lac Kelimutu  Indonesie

ou les Cenotes du Yukatan  au Mexique

Cenotes du Yukatan Mexique

Ou enfin le Lotofaga village à Upolu au Samoa.

Lotofaga village a Upolu Samoa

L’impression est partout et toujours la même: magnifique.

Oui, oui, je vous sens un peu frustré! Rien chez nous en Afrique?

Ben si . Tenez, voyez ce spectacle!

Les chutez Victoria entre le Zimbabwe et la Zambie

Beau non! Ce sont les chutes Victoria entre le Zimbabwe et la  Zambie. Une merveille pour tous les amoureux de la nature.

D’autres encore? prochainement.

Et si on se laissait bercer par cette balançoire au bout du monde à Banos en Equateur

La balançoire au bout du monde a Banos Equateur

Faisons avec elle un grand bond pour le bout du monde pour admirer :

Le whitehaven beach surl’ ile Whitesunday en Australie

Le whitehaven beach sur l'ile Whitesunday Australie

La-mer d’etoile à Vaadhoo island aux Maldives

La mer d'etoile a Vaadhoo island  Maldives

et la forêt de bambou de Arashiyama à Kyoto au Japon.

Forêt de bambou de Arashiyama a Kyoto Japon

Voilà, toutes les bonnes choses ont une fin et cette ballade aussi. Mais, vous êtes assuré d’avoir vu une grande partie des choses à voir sur cette terre avant de mourir, même si ce n’est que virtuellement.

Bien sûr partager autant que faire se peut ce billet pour faire profiter à tous ces quelques moments de pur bonheur.

Au plaisir de vous reprendre pour une autre ballade plus magique encore à travers notre planète bleue.