Naufrage du ferry sud-coréen : tant qu’il reste de l’espoir.

638226-buddhist-monk-prays-for-missing-passengers-who-were-on-south-korean-ferry-sewol-which-sank-in-sea-of

Photo Issei Kato. Reuters

 

Le Mercredi 16 avril 2014, un ferry sud-coréen, le Sewol a fait naufrage au large de la côte Sud de la péninsule coréenne. Depuis l’annonce de ce drame, la population retient son souffle et espère pour le mieux.

Depuis le début de la matinée du mercredi, la population sud-coréenne suit minute par minute, à la télévision et sur les réseaux sociaux, les gigantesques opérations de sauvetage lancées près de ses côtes autour de l’épave du ferry qui transportant 475 personnes, dont 352 lycéens d’un établissement de la banlieue de Séoul, participant à un voyage scolaire.

Selon le dernier bilan des garde-côtes,  179  personnes ont pu être secourues (dont 7 blessées), vingt-huit corps ont été retrouvés et 268  personnes manquaient toujours à l’appel. Les derniers corps récupérés flottaient dans la mer

A l’étape actuelle de la catastrophe, l’urgence n’est ni les causes, ni les responsabilités, mais les opérations de sauvetage pour arracher à la mer les survivants ou tout au moins les corps. La présidente sud-coréenne, Park Geun-hye, qui s’est rendue sur les lieux du drame, a pressé les secours de faire au mieux et au plus vite.

les-centaines-de-plongeurs-deployes-sur-le-site-en-raison_868011_510x255

Depuis ce vendredi matin, les opérations de sauvetage s’intensifient autour de l’épave du ferry désormais totalement immergé.

les sauveteurs injectent du dioxygène dans l’épave pour créer ou entretenir les poches d’air dans le ferry. Les espoirs sont aussi fondés sur un petit drone sous-marin qui va être guidé autour de l’épave pour tenter de dresser un état de la situation à l’intérieur, où beaucoup de passagers seraient restés prisonniers de leurs cabines. On compte aussi sur  l’arrivée, sur place, de trois gigantesques grues flottantes qui doivent tenter de redresser l’épave du  ferry une fois tout espoir perdu de retrouver des survivants, a indiqué le chef régional des garde-côtes, Kim Soo-Hyun.

Le drame du sewol est d’autant plus  tragique que les victimes sont en majorité de  jeunes lycéens  en voyage scolaire. Plus de  352  des passagers du ferry proviennent, effet, du lycée Danwon à Ansan, dans la banlieue de Séoul. On imagine aisément la douleur et l’angoisse des parents de ces élèves face  à ce drame. Aussi,  même si les espoirs s’amenuisent d’heure en heure pour trouver des survivants, on ne peut s’empêcher d’y croire tant qu’il reste une goutte d’espoir.

A l’instar de ce moine bouddhiste qui  prie au bord de la mer à Jindo, port sud-coréen où les familles des victimes du naufrage du ferry «Sewol» se sont rassemblées., je joins ma prière aux siennes pour implorer le ciel pour inspirer et fortifier les équipes de sauvetage.